Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘paléolithique’

venus Hohle Fels

Une statuette vieille d’environ 35.000 ans, découverte en Allemagne, est la plus vieille représentation connue du corps féminin et redéfinit les origines de l’art figuratif, rapporte mercredi un archéologue dans la revue britannique Nature. Six fragments de cette Vénus sculptée dans de l’ivoire de mammouth ont été exhumés entre le 8 et le 15 septembre 2008 à Hohle Fels, dans le Jura souabe: assemblés, ils forment un corps de femme dotée d’une opulente poitrine et de larges hanches. Les fesses et les parties génitales sont disproportionnellement grandes et détaillées. « La clarté des attributs sexuels fait penser qu’il s’agit d’une expression directe ou indirecte de la fertilité », selon Nicholas Conard de l’Institut de préhistoire, histoire de l’antiquité et archéologie du Moyen-âge de l’université de Tübingen. « La nouvelle figurine de Hohle Fels change radicalement notre vision des origines de l’art paléolithique », affirme cet archéologue qui ajoute « qu’avant cette découverte, les animaux et les images thérianthropiques (d’hommes-animaux comme dans l’Egypte ancienne) dominaient » dans les découvertes effectuées dans cette région. Cette Vénus contenue dans des dépôts de l’Aurignacien (il y a 37 000 à 29 000 ans) du Jura souabe a été retrouvée à 20 mètres de l’entrée d’une grotte, enfouie à trois mètres en-dessous de sa surface actuelle. Elle mesure près de 6 cm de long, 3,5 cm de large, un peu plus de 3 cm d’épaisseur et pèse 33 grammes. Sa datation au carbone 14 donne un âge compris entre 31 000 et 40 000 ans. Jusqu’ici, « les images de femmes étaient complètement absentes » dans l’Aurignacien souabe et rares au Paléolithique supérieur, poursuit le chercheur. Cette oeuvre d’art est antérieure d’au moins 5 000 ans aux Vénus bien connues du Gravettien (il y a 29 000 à 22 000 ans), comme la Vénus de Lespugue, découverte en 1922 en Haute-Garonne (France) et qui est vieille d’environ 25.000 ans. La Vénus de Hohle Fels est l’un des exemples connus les plus anciens d’art figuratif dans le monde. En 2007, l’université de Tübingen avait annoncé la découverte dans la même région d’une statuette de mammouth en ivoire datée d’entre 30 000 et 36 000 ans avant le présent par le carbone 14.

source : http://www.24heures.ch/actu/monde/venus-vieille-35-000-ans-redefinit-origines-art-2009-05-13

Read Full Post »

Biggar, Écosse – Le groupe d’archéologie de Biggar a découvert le village le plus ancien du pays. D’après l’analyse des silex trouvés sur le site, il daterait de 14 000 ans.

Les pierres prouveraient que le site, situé dans un champ au nord de Biggar dans le South Lanarkshire, date de 14 000 ans et aurait servi de camp à des chasseurs suivant les migrations de troupeaux.Auparavant, les dernières preuves d’occupation humaine en Écosse se trouvaient à Cramond près d’Edimbourg et dataient de 8 400 ans avant J.-C. Puis les silex ont été découverts par le groupe d’archéologie de Biggar et ont été datés du Néolithique (3 000 avant J.-C.). Plus tard, par la datation au carbone 14 du charbon présent sur le site, les scientifiques ont pensé que le site datait de l’âge du fer.Des découvertes complémentaires ont été expertisées par Torben Ballin, un spécialiste des outils préhistoriques, avec l’aide du centre « Historic Scotland Funding ». Leurs récentes analyses d’un plus large échantillon de silex ont révélé qu’ils étaient en fait du Paléolithique supérieur, c’est-à-dire la fin de l’âge de pierre, il y a 14 000 ans.Alan Saville, conservateur du musée national d’Écosse, impliqué dans les recherches, déclare : « C’est la découverte que nous espérons depuis des années. Nous avons toujours pensé qu’il y avait eu une occupation de l’Écosse durant le Paléolithique supérieur mais nous n’avions jamais trouvé de preuves assez concluantes ».Le groupe d’archéologie de Biggar envisage d’approfondir les recherches et de mener de nouvelles fouilles dans l’espoir de trouver d’autres objets. Le travail de cette équipe permet de contribuer à la reconstitution d’une partie de l’Histoire d’Écosse.

Tam Ward, le chef du groupe, affirme : « C’est impossible de remonter plus loin dans le temps en Écosse en ce qui concerne les preuves d’occupation humaine, ce qui fait que cette découverte est exceptionnelle ».
archeologie_3031_w560

Read Full Post »