Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Archéologie’

Des archéologues ont découvert dans un grand sanctuaire celtique en Suisse deux corps mutilés et brûlés, vieux de plus de 2000 ans, qui prouveraient que les Helvètes pratiquaient le cannibalisme.

Deux corps mutilés et brûlés, vieux de plus de 2.000 ans, découverts en Suisse, pourraient permettre d’établir, selon les archéologues, que les Helvètes pratiquaient le cannibalisme, rapportent jeudi 25 septembre les quotidiens suisses 24 heures et la Tribune de Genève.
Les deux corps d’adultes exhumés étaient couchés sur le ventre comme des animaux, sans bras ni jambe du côté droit, et donc manifestement mutilés, les ossements comportant des traces noires de brûlure, a raconté au journal 24 heures un archéologue du site du Mormont situé entre Lausanne et Yverdon-les-bains. « On peut supposer qu’ils ont été rôtis. Il est donc fort probable qu’ils aient été mangés. Ils ont en tous les cas été traités comme des animaux », a-t-il avancé.

Pratique évoquée par César

« La guerre des Gaules » de Jules César, écrite quelques dizaines d’années plus tard, parle de pratiques barbares des Celtes, dont les Helvètes sont une des branches, mais aucun élément archéologique n’a jusqu’à présent témoigné d’actes de cannibalisme chez eux, rappelle le spécialiste.
Si elle se confirme, cette découverte « serait tout bonnement exceptionnelle », assure 24 Heures.
Des fouilles ont démarré sur le site du Mormont en 2006, qui s’est avéré être un des plus grands sanctuaires du monde celtique, avec plus de 250 fosses comprenant des restes d’animaux et des fragments humains ainsi que des objets.

source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/

Read Full Post »

Le site mégalithique de Stonehenge, dans le sud de l’Angleterre, aurait été un lieu de pèlerinage révéré pour les propriétés thérapeutiques de ses stèles érigées voici cinq milliers d’années, confirment les résultats de fouilles historiques annoncés lundi.

Les malades et blessés se rendaient à Stonehenge en raison du pouvoir curatif qu’ils attribuaient aux menhirs, ont expliqué lors d’une conférence de presse à Londres Timothy Darvill, responsable de la chaire d’archéologie à l’Université de Bournemouth (sud), et Geoffrey Wainwright, président de la Société des archéologues de Londres.

Les archéologues ont dévoilé les résultats de fouilles, les premières depuis 44 ans, menées entre le 31 mars et le 13 avril derniers.

La couleur particulière des blocs, importés d’une carrière située à 250 km de là, avait fait croire à leurs vertus thérapeutiques, ont ajouté les experts.

De nombreuses personnes mortes de maladies ont par ailleurs été enterrées autour du cercle de Stonehenge. Les scientifiques ont notamment mis au jour la sépulture d’un jeune homme enfoui dans une fosse avec des fragments de pierre bleue. Des morceaux de ces pierres auraient aussi été utilisés comme des porte-bonheur ou des talismans.

« Toutes ces preuves renforcent l’idée que quel que soit la fonction de Stonehenge – et il pourrait y en avoir plusieurs – les pierres bleues étaient un élément central », estime Timothy Darvill.

Une nouvelle datation au carbone révèle aussi que le cercle de pierres a été érigé entre 2400 et 2200 avant JC, quelques siècles plus tard que ce qu’on estimait.

Stonehenge est l’un des sites préhistoriques les plus connus au monde et attire chaque année près d’un million de visiteurs.

source : RTL info

Read Full Post »

Des archéologues grecs ont mis au jour en Macédoine 43 tombes datant de l’âge du fer à l’époque hellénistique

Ces tombes contiennent de multiples armes, objets et bijoux de grande valeur, a indiqué mercredi le ministère de la Culture.4 tombes datent de l’époque du fer (deuxième moitié du VIIe siècle – 580 avant JC), 31de l’époque archaïque (580-480 avant JC) dont 20 contenant des squelettes d’hommes et 11de femmes, et 8 des époques classique et hellénistique (480-279 avant JC), a précisé un communiqué du ministère. Parmi les tombes hellénistique figure celle d’une petite fille, dans laquelle se trouvait une couronne de bronze recouverte d’or, 3 vases en terre, un canthare (vase large avec deux anses hautes) en bronze et une tête en terre de la morte, « d’une facture exceptionnelle », selon les experts. Dans les tombes d’hommes de l’époque archaïque, les archéologues ont découvert des casques en bronze, des couronnes en or, des armes en fer (épées, lances, couteaux), des bijoux en or, argent, bronze et fer, des idoles en terre, des représentations d’animaux et des vases en terre en en bronze. 2 tombeaux féminins étaient « particulièrement riches » en bijoux de toute sorte (colliers, boucles d’oreilles, bagues, pendentifs) en or, argent bronze et fer, et contenaient aussi des vases, des figurines et autres objets. Ces trouvailles ont été faites au cours de la dernière campagne annuelle de fouilles dans un cimetière antique étudié depuis 2000 par les archéologues grecs dans la région du hameau de Archontiko à 5 km de l’ancienne capitale antique macédonienne de Pellas, dans le Nord de la Grèce. Depuis 2000, les chercheurs ont mis au jour sur ce site dans un espace d’un hectare qui représente seulement 5% de l’ensemble du cimetière, un total de 915 tombes dont près de la moitié datent de l’époque archaïque. Les femmes étaient enfouies avec la tête à l’Est, au Nord et au Sud, jamais à l’Ouest, tandis que les hommes avaient leur tête vers l’Ouest, le Nord et le Sud  mais jamais vers l’Est selon un communiqué.

D’autre part, une équipe d’archéologues britanniques et grecs a établi après des fouilles que l’îlot inhabité de Daskalio dans l’archipel de Cyclades en mer Egée était un important site et lieu de culte préhistorique de la région.Cette équipe a confirmé une hypothèse faite pour la première fois en 1960, lors de la mise au jour de centaines de statuettes et vases brisés datant de l’âge du bronze (2000 avant J-C) sur l’île proche de Kéros mais qui ne provenaient pas de cette île.Cet été les archéologues ont mis au jour sur Daskalio des ruines d’un bâtiment dont certains atteignaient une longueur de 16 mètres.Selon eux, il s’agit d’un des plus grands bâtiments de l’âge du Bronze jamais découverts dans la région. Ils ont aussi mis au jour une cache qui comprenait 340 galets et trois haches en cuivre ou en bronze.Les archéologues tentent depuis des décennies de savoir si les statuettes en marbre découvertes à Kéros ont été brisées par des pilleurs avant le début des fouilles en 1963.

Grâce à leurs nouvelles découvertes, ils sont maintenant convaincus « que les objets ont été cassés délibérément », lors de cérémonies liées à ce culte.

source:

http://www.rtbf.be/info/societe/divers/des-tombes-antiques-mises-a-jour-en-macedoine

Read Full Post »

Un ensemble « exceptionnel » de haches polies et d’un alignement de menhirs aujourd’hui submergés datant du néolithique (Ve millénaire avant JC) a été découvert dans le Morbihan.
Quatre longues haches en jadéite, une roche verte d’origine alpine exploitée dès 5200 avant JC dans le nord de l’Italie, ont été découvertes en août 2007 par deux estivants. Cette « découverte archéologique exceptionnelle » a amené les archéologues à explorer le secteur et à découvrir ensuite « 45 blocs de pierres formant au moins un alignement de menhirs », explique le musée, affirmant qu' »aucun ensemble de cette importance n’a été trouvé dans la région depuis le XIXe siècle ». Les haches polies seront exposées au sein des collections permanentes du musée de Carnac, considéré comme le premier au monde pour le mégalithisme, à partir du 20 septembre. (NLE)

Source: http://www.skynet.be/actu-sports/actu/detail?id=402586

Read Full Post »

Une équipe d’archéologues belges et turcs ont exhumé les restes d’une statue géante représentant l’empereur Marc Aurèle dans les thermes romains de Sagalassos, l’actuel Aglasun (province de Burdur) dans l’ouest de la Turquie.

La découverte date du 20 août dernier. Outre une tête haute de 90 cm, l’équipe dirigée par le professeur Marc Waelkens de l’Université catholique de Louvain a exhumé un bras droit tenant un globe dans la main ainsi que les deux jambes du souverain. Selon les estimations, la statue de l’empereur, qui a régné de 161 à 180 après Jésus-Christ, devait être haute de 4,5 mètres, a souligné le conservateur du musée de Burdur, Haciali Ekinci.

Le professeur Waelkens mène depuis 1985 des recherches sur le site. Avec ses collaborateurs, il a déjà mis au jour les restes d’une autre statue géante : la tête, le tibia et un pied de l’empereur Hadrien qui régna de 117 à 138 de notre ère. Autre trouvaille : une tête de l’impératrice Faustina.

Sagalassos, habitée jusqu’au septième siècle après Jésus Christ, a été détruite à cette époque-là par des tremblements de terre et s’est enfoncée ensuite dans l’oubli.

source: LCI.fr

Read Full Post »

Les supposés vestiges d’une capitale celte contre un projet de 150 pavillons neufs : à Mervent, une guerre de civilisations est engagée.

Quel trésor patrimonial recèle le sous-sol de la petite commune de Mervent, dans le sud-Vendée ? Une ancienne capitale celte du VIIe siècle avant Jésus-Christ, comme semble le penser la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) ? En tout cas, les présomptions des archéologues sont suffisamment sérieuses pour avoir conduit les gendarmes à interrompre les travaux de lotissements en cours de réalisation sur une parcelle de 12 hectares. Celle-ci est située sur un vallon du massif forestier qui jouxte la commune.Mercredi après-midi, les trois ouvriers de la société MK Homes ont été priés par deux gendarmes d’éteindre les moteurs des pelleteuses. Ils effectuaient des travaux de décapage du sol, préalables à la construction d’un lotissement de 150 pavillons.

« Ce site, nous le connaissons depuis 20 ans. Il est archéologiquement très sensible », reconnaît le directeur adjoint de la Drac de Nantes, Marc Le Bouris. Aussi, lorsque le promoteur anglais Marian Klucznyk jette son dévolu sur cette parcelle, une étude réglementaire est menée par l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Sa mission consiste à rédiger un rapport remis au préfet de région, qui décide de poursuivre les fouilles ou de libérer le chantier des contraintes archéologiques.

Site sensible

« Sans attendre les résultats de cette étude, l’aménageur a entrepris des travaux », déplore Marc Le Bouris. Selon lui, les premiers éléments du diagnostic confirment « le haut intérêt du lieu. Cette découverte pourrait être de nature à réécrire l’histoire du grand Ouest de la France. »

Marian Klucznyk, de son côté, invoque un problème de délais. « On devait me fournir le rapport avant le 27 juin. Je n’ai rien reçu à ce jour. Et quand j’ai téléphoné, on ne m’a pas signalé de trouvailles exceptionnelles. » Le promoteur en a donc déduit que rien n’empêchait un nivellement de surface, qu’il jugeait sans impact sur l’environnement. Pour la Drac, en revanche, des dégâts irréparables ont été commis : « Certains vestiges affleurent le sol », affirme Marc Le Bouris.

L’affaire est entre les mains du procureur de la République. Au vu du procès-verbal dressé par la gendarmerie, il décidera de classer l’affaire ou de poursuivre la société MK Homes.

Jean-Philippe GAUTIER.

-Source : Ouest France-

Read Full Post »