Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Fêtes’ Category

L’association des Amis de Chassenon organise sa journée ce dimanche 21 août dans le lieu de déambulation culturelle et patrimoniale qu’est le parc archéologique de Cassinomagus. Le programme en est riche et la journée devrait être animée et instructive, si le ciel ne tombe pas sur la tête des participants.

Au programme de la fête: dès 12h30, accueil des participants et apéritif, suivi à 13h d’un banquet gaulois (1). À 14h30, début des festivités avec des animations assurées par l’association des Gaulois d’Esse avec démonstration d’un tour à pierre antique.

À 16h30, place à une conférence de Jean-Pierre Loustaud sur les invasions barbares dans la cité des Lémovices. L’archéologue originaire de Limoges tentera de répondre à la question suivante: «Les raids alamans ont-ils mis au pillage le territoire des Lémovices au cours de l’hiver 259-260 après Jésus-Christ?». Une réponse donnée en se basant sur l’examen de la formidable découverte du butin des Alamans dans le lit du Rhin à Neupotz et Hagenbach (Allemagne) de 1961 à 1983.

Jean-Pierre Loustaud est docteur en histoire (Bordeaux III), président de l’association «Archéologie en Limousin» et il dirige le Comité régional de France-Égypte. L’homme a publié en 2000 une vaste synthèse sur Limoges antique.

L’entrée à l’animation est gratuite pour les membres de l’association et sur présentation de leur carte. L’entrée est également offerte par l’association sur présentation notamment de l’affichette distribuée en publicité ou de la page d’accueil du site internet des Amis de Chassenon

(1) Banquet gaulois: tarif 18 € par personne (demi-tarif pour les enfants de moins de 12 ans. Réservations au 06. 86. 88. 89. 54 ou sur amis-chassenon@orange.fr

(Charente Libre)

———————————————————————————————–

Publicités

Read Full Post »

La fête des Brandons

Issoudun. Hier, les Rabouilleux ont drainé les amis de leur fête, brandons en main, en défilé, jusqu’au bûcher couronné d’un mannequin de paille, pour brûler le bonhomme Carnaval.

Ce premier dimanche après Mardi gras, était autrefois le « dimanche brandounier » dans tout le Berry et marquait une cérémonie païenne qu’on a célébrée jusqu’à la fin du XIXe siècle, avant qu’elle ne devienne une tradition festive.

Aujourd’hui, la fête marque la fin de l’hiver et, comme lors des trois grandes fêtes de l’année à La Rabouilleuse – les Brandons, la fête de l’été et les saveurs d’automne –, les gens sont venus déguster ou emporter crêpes, beignets, pets de nonne et autres pâtisseries. En Berry, Mardi gras, c’est le jour des « beugnons », frits dans l’huile, mais aussi des crêpes car la Chandeleur n’est pas si éloignée et la forme ronde de la crêpe rappelle le disque solaire.

Tradition païenne

Le brandon n’est pas une coutume inventée. Elle remonte au paganisme . Le brandon était une torche allumée qu’on secouait verticalement pour détruire les animaux nuisibles aux récoltes (taupes, mulots, hannetons et autres vermines) et les plantes toxiques comme la nielle, jolie plante décorative, d’un beau rose mais qui est toxique, ses graines surtout, qui mûrissent en même temps que le blé. Elles touchaient le système nerveux et provoquaient des paralysies, si elles se trouvaient mêlées à la farine. . A la tombée de la nuit, les brandons ont été activés autour d’un grand feu de joie .

source : Cor. NR, Micheline Bougnoux http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=36&num=1553752

Read Full Post »

Joan Amades, spécialiste des coutumes et traditions catalanes affirmait, à la fin des années cinquante, que si la représentation de l’hiver par la personne d’un ours était connue dans toute l’Europe, il n’y a qu’en Haut-Vallespir que se célèbre la fête de l’ours. Et encore, seulement à Arles-sur-Tech, Prats-de-Mollo et Saint-Laurent de Cerdans où se déroulait la fête hier. L’ours sort de la caverne où il a hiverné ; celui qui l’incarne est recouvert de peaux diverses, afin de le faire ressembler au plantigrade. Il se lance à travers le village à la poursuite des femmes dont il veut

s’emparer. Il cherche particulièrement à prendre Roseta, dont il veut faire son épouse. Mais les hommes du village veillent, ce sont les chasseurs qui se lancent sur les traces de l’ours pour le tuer. L’ours et les chasseurs se livrent alors à une sorte de grand ballet poursuite à travers le village, dans un grand bruit de tambours et de musique. Et gare à la « mascara », ce mélange de suie de l’hiver et de graisse qui va maculer les visages. Finalement, l’ours est attrapé. On le conduit au centre du village, on l’assied, on le rase avec une hache. Cette cérémonie le rend humain, et devenu humain, il n’est plus dangereux et peut épouser Roseta. La symbolique de l’ours, toute païenne, est simple. L’ours représente l’hiver qui se termine mais résiste, jusqu’à ce que les chasseurs, en le rasant, en lui rendant forme humaine, le métamorphosent en printemps, ce qui lui permet d’épouser Roseta. On peut relier cette fête à connotation de cérémonie au temps où des ours vivaient dans nos montagnes.

Josianne Cabanas

Source : http://www.lindependant.com/articles/2010-02-22/la-legende-de-l-ours-symbole-de-l-hiver-134175.php

Read Full Post »

Bienvenue au Solstice d’été à Plouharnel 18-22 juin 2009 MEGALITHES ENTRE CIEL ET TERRE Une chance unique d’approcher le mystère des mégalithes de Carnac. Conférences, débats, observations des levers et couchers de soleil, visites commentées –à pied, en bateau, en ULM et en hélicoptère-, ateliers, expositions, projections de films, contes, musique…

http://solsticefrench.megalithes.info/

Read Full Post »

Situé au piémont des Vosges du Nord, entre forêt et plaine, le village d’Offwiller est surtout connu pour son célèbre Schieweschlawe. Cette fête païenne, qui consiste à lancer des disques enflammés dans le ciel, se déroulera cette année ce dimanche 1er mars. Le bois nécessaire à l’alimentation du bûcher a été ramassé samedi dernier.
La coutume du Schieweschlawe est héritée d’une fête païenne d’équinoxe de printemps. Elle était jadis répandue dans toute la vallée du Rhin, en Suisse et en Allemagne, pour ne survivre aujourd’hui qu’à quelques rares endroits en Alsace, dont Offwiller. Cette fête consiste à lancer dans la voûte céleste, à la tombée de la nuit, des disques en bois enflammés afin de chasser l’hiver par le feu, à partir d’un immense bûcher qui sera allumé dans une clairière, en pleine forêt, en début d’après-midi …

Read Full Post »

Chambly: 761e fête du Bois-Hourdy le 24 février

La ville de Chambly (Oise), en limite nord-est du Val-d’Oise, célèbrera mardi 24 février la 761e fête du Bois-Hourdy. Cette ancienne fête païenne se déroule autour d’un arbre abattu dans la forêt et qui est ramené dans la ville par une cavalcade.

Mardi à 16 h 30, la déesse et ses demoiselles d’honneur présideront au concours du plus beau costume. Le clou de la fête est vers 19 heures l’embrasement du bonhomme de paille. La fête du Bois-Hourdy, c’est aussi pendant cinq jours le carnaval, toutes sortes d’animations à destination des petits et des grands.
Le carnaval se fête aussi à la bibliothèque de Chambly (exposition visible aux horaires habituels de la Bibliothèque avec ouverture exceptionnelle le dimanche 1er mars après-midi de 13h30 à 17h30).

Le programme complet sur le site Internet de la commune : http://www.ville-chambly.fr

Read Full Post »